Le droit voisin pour les éditeurs européens définitivement approuvé

Les députés européens ont voté pour un avenir durable pour notre presse indépendante, pour le journalisme professionnel, pour la créativité et les créateurs, pour une économie numérique florissante et l’équité.

 

Les éditeurs de presse belge et européens se félicitent de l’adoption de la directive européenne sur le droit d’auteur par les députés en séance plénière du Parlement européen. Celle-ci est synonyme d’une réforme cruciale pour l’avenir d’une presse saine et indépendante, d’un écosystème numérique équitable et d’un internet riche en contenus.

Xavier Bouckaert, Président de l’EMMA (European Magazine Media Association) et de l’association d’éditeurs WE MEDIA est optimiste pour le futur :  » C’est un vote contre le vol de contenu. Les éditeurs de toutes tailles et les auteurs auront désormais le droit de fixer les conditions générales de réutilisation de leur contenu à des fins commerciales, ce qui est tout à fait juste et approprié « .

Christian Van Thillo, CEO de De Persgroep-Medialaan et président de l’EPC (European Publishers Council) abonde dans son sens :  » Ce texte modernise le droit d’auteur sans étouffer l’innovation numérique. En tant qu’éditeurs de presse, nous voudrions remercier les régulateurs européens d’avoir adopté cette directive importante. Celle-ci reconnaît la valeur de la presse pour la société et la nécessité d’une rémunération équitable pour la réutilisation commerciale de notre propriété intellectuelle « .

Tous les parlementaires belges ont voté en faveur de la directive, hormis les députés N-VA et Philippe Lamberts, de Ecolo.

Prochaines étapes : la directive doit tout d’abord être formellement approuvée par le Conseil. Cette étape ne constitue qu’une formalité. Ensuite, ce sera au tour des Etats membres de l’UE. Ils devront transposer cette directive dans leur ordre juridique interne. Le délai pour ce faire est de 24 mois après l’entrée en vigueur du texte.  » Rendons ces règles définitives « , réclame Marc Dupain, General Manager de WE MEDIA.  » Nous nous attendons à une grande résistance et à des procédures de la part de Google et Facebook, les dénommés GAFA « , poursuit-il.

Envie de lire plus ?