COVID-19 : plan d’aide au secteur de la presse en FWB

Une campagne de communication, de l’argent et une étude sur la dépendance aux recettes publicitaires. Ce sont les ingrédients du plan de soutien aux médias et aux journalistes de la Fédération Wallonie-Bruxelles. La ministre francophone des médias, Bénédicte Linard en a annoncé les détails cette semaine. 4 mesures sont prévues pour faire face à la baisse des revenus.

« Depuis le début de la crise du Coronavirus, les rédactions sont en première ligne et travaillent dans des conditions exceptionnelles et difficiles. Je tiens à remercier les journalistes, les technicien.ne.s et l’ensemble du secteur pour ce travail important réalisé au quotidien », explique la Ministre des Médias Bénédicte Linard.

 

La situation des médias est, en effet, exceptionnelle en cette période. Ceux-ci ont été reconnus comme service essentiel en cette période de crise afin d’offrir de l’information de qualité, fiable et vérifiée. Malgré cela, leurs revenus publicitaires sont en chute libre. Ces baisses de revenus ont eu des conséquences variées pour les éditeurs : fermeture temporaire, arrêt des publications, chômage temporaire,…

 

Pour aider les médias et journalistes à faire face à ces difficultés, un plan d’aide a été adopté au Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, sur proposition de la Ministre des médias, Bénédicte Linard.

4 mesures de soutien sont prévues :

1/ Une campagne de communication : le Gouvernement s’engage à acheter des espaces publicitaires pour un campagne de communication d’intérêt public dans l’ensemble des médias écrits et audiovisuels nationaux, régionaux et locaux, afin de répondre à la baisse drastique de leurs revenus publicitaires. Un montant prévisionnel est prévu à hauteur de 1 383 043 euros pour cette mesure.

2/ Un soutien aux médias dont la viabilité est menacée en raison de la crise du COVID-19 : le pluralisme des médias est un pilier essentiel de la démocratie. Or la crise du Covid-19 risque de mettre en péril la viabilité de certains acteurs du monde médiatique ainsi que des initiatives émergentes. Pour bénéficier de cette aide, il faudra répondre à plusieurs conditions :

  1. la compensation demandée correspond à une perte de recettes, déduction faite de la baisse des charges d’exploitation, et est la conséquence directe des mesures prises pour lutter contre la propagation du coronavirus COVID-19 ;
  2. le montant de la perte de recettes ou de revenus menace la viabilité de l’entreprise, pièces justificatives à l’appui ;
  3. l’information est la principale activité du titre ou du service concerné ou l’opérateur s’engage à augmenter le temps d’antenne consacré à la diffusion d’artistes de la Fédération Wallonie-Bruxelles
  4. des mesures ont été prises pour permettre à la rédaction de continuer à fonctionner de manière optimale, de manière à préserver la qualité de l’information ;
  5. l’emploi sera maintenu dans l’entreprise ;
  6. le titre ou service relève de la compétence territoriale de la  Fédération Wallonie-Bruxelles ;
  7. le média s’engage à ne pas verser des dividendes 2019 aux actionnaires au cours de l’exercice 2020 ;
  8. d’autres niveaux de pouvoirs ont été sollicités pour les aides éventuelles auxquelles l’opérateur serait éligible.

3/ Un soutien direct aux journalistes indépendants : les journalistes sont particulièrement exposés dans cette crise du COVID-19. Beaucoup de salariés ont vu leur charge de travail augmenter, avec parfois un salaire raboté par une mise en chômage temporaire partiel. D’autres journalistes, souvent des indépendants, ont vu leur volume de travail diminuer drastiquement sans pouvoir bénéficier du droit passerelle. Au-delà de l’urgence sociale vécue par ces journalistes, l’attractivité de la profession est aussi mise en péril.

La Fédération Wallonie-Bruxelles entend soutenir le travail des journalistes indépendants (et statut assimilé) à travers une augmentation de 550 000 euros des moyens consacrés au Fonds pour le journalisme.

4/ Permettre la transition du secteur médiatique vers un modèle économique moins dépendant de la publicité : la crise du COVID-19 souligne la fragilité du secteur des médias, et notamment sa trop grande dépendance à la publicité.

Comme prévu dans la Déclaration de Politique Communautaire (DPC), le Gouvernement a décidé de procéder à un audit exhaustif du marché publicitaire belge francophone. Il s’agit d’une étape nécessaire pour objectiver la situation réelle de la publicité en Fédération, et ensuite dresser les conditions nécessaires pour faire muter le secteur des médias vers un modèle moins dépendant de la publicité. Sortir de cette dépendance permettra de renforcer structurellement le secteur des médias et de mieux affronter les défis auxquels il est aujourd’hui confronté.

WE MEDIA suivra évidemment de près le développement de ces initiatives et tiendra les éditeurs au courant de la marche à suivre pour profiter de ces aides.

 

Envie de lire plus ?