VRT : Collaboration et canevas plus strict

A l’avenir, la VRT doit plus collaborer avec les acteurs du privé et le milieu socio-culturel pour l’élaboration de ses programmes. La chaîne de télévision publique ne peut pas participer à une surenchère concurrentielle vis-à-vis du secteur privé. Voilà ce qu’exige le Parlement Flamand dans une résolution des partis de la majorité. WE MEDIA et les éditeurs sont optimistes mais restent vigilants quant à l’offre digitale gratuite et illimitée ainsi qu’à la concrétisation de ces intentions.

La VRT est importante pour le bien-être démocratique de notre société et doit donc continuer de jouer son rôle primordial dans cette dernière. Que les choses soient claires : nous n’avons jamais prôné le contraire ! Mais elle doit remplir son rôle dans le cadre de partenariats constructifs avec les autres acteurs du secteur, et non pas en tant que concurrent de ceux-ci.

Concrètement, les partis de la majorité demandent au gouvernement (nous citons littéralement de la résolution) :

  • L’obtention d’une grande part du marché n’est pas un but en soi.
  • La crédibilité est plus importante que la vitesse dans la transmission ‘informations et l’accent doit être mis sur l’audio-visuel.
  • Une attitude de base essentielle concernant la co-création.
    • Il est tout-à-fait possible de collaborer avec des partenaires actifs dans l’enseignement, le secteur de la jeunesse et l’éducation culturelle.
    • Avec le secteur de la culture, il est envisageable de créer des programmes innovants pour la radio, la télévision et le digital par le système de co-création.
    • Une stratégie de préparation à la lecture peut être mise sur pieds avec le secteur des livres.
    • Avec le secteur de la santé, il est possible de monter une politique ambitieuse tournant autour de la prévention
  • Afin de conserver les rentrées publicitaires du digital en Belgique, la VRT développe avec les autres sociétés média une plateforme et une stratégie sur le recrutement publicitaire digital.
  • La VRT propose un maximum de formations ouvertes aux autres sociétés média

 

Tous ces points sont d’excellentes intentions pour positionner le paysage média plus en équilibre. Nous ne manquerons pas de veiller à ce que les initiatives digitales ne minent pas les business models des acteurs du privé en proposant une offre gratuite et excessive. Car cela aussi devra être conforme aux normes du marché.

La résolution est le fruit de plusieurs audiences préparatoires pour le prochain contrat de gestion de 2021 à 2025. La préoccupation dont WE MEDIA et les acteurs du privé ont fait part récemment (lisez notre article ICI) n’a pas atterri dans les oreilles d’un sourd. C’est uniquement avec une chaîne de télévision publique en tant que promoteur de nos média privés que nous pouvons maintenir notre paysage média qualitatif et varié en équilibre face aux sociétés technologiques internationales.

WE MEDIA et les éditeurs félicitent le nouveau CEO Frederik Delaplace pour sa nomination. Nous sommes impatients de pouvoir collaborer de manière fructueuse pour un paysage média de qualité et durable.

Envie de lire plus ?