Le code du Raad voor de Journalistiek revu et mis à jour

Le Raad voor de Journalistiek flamand a renouvelé son code de déontologie professionnelle. Le texte a été mis à jour sur la base des décisions des 17 dernières années et tient compte de la numérisation en cours et de la grande attention portée aux fake news. Un certain nombre d’articles et de directives ont été clarifiés, simplifiés, raccourcis ou supprimés. Nous en présentons brièvement les principaux points. Si vous souhaitez la version imprimée du code, veuillez contacter Pieter.knapen@rvdj.be

 

Respect de la vie privée

Le code contient un certain nombre de nouvelles lignes directrices concernant l’article 23 sur la vie privée, en particulier sur le respect de la vie privée des personnalités publiques, sur la création et la diffusion d’images prises dans des lieux publics ou accessibles à la presse et sur l’identification des victimes.

Audition

Un journaliste doit toujours donner la chance à une personne de réagir avant la publication s’il porte de graves accusations sur son honneur et sa bonne réputation. Le nouveau texte traite également des accusations portées par des tiers.

Le nouveau texte clarifie également la distinction entre le droit de réplique (article 20) et le droit de réponse (article 7).

Numérisation et fake news

La version révisée du code tient également compte de la numérisation en cours et du climat qui règne autour des fake news. Ainsi, l’article 2 dispose désormais explicitement que la vitesse ne doit pas prendre le pas sur la véracité.

En outre, il existe une nouvelle directive sur les corrections dans les nouvelles en ligne. Celle-ci dispose qu’en cas d’erreurs graves dans l’information en ligne, il ne suffit pas de supprimer ou de mettre à jour l’article, mais que le journaliste doit reconnaître l’erreur et publier la correction.

La nouvelle directive sur la publication d’opinions fait état de la même préoccupation. Les rédactions choisissent en toute indépendance les opinions qu’ils publient. Cependant, si un journaliste publie sciemment une opinion contenant des erreurs factuelles et manifestes, il doit le faire savoir clairement au public.

En ce qui concerne la numérisation, il existe une nouvelle directive sur l’utilisation des hyperliens, qui dispose qu’un journaliste doit donner le contexte nécessaire lors de la mise en place d’un hyperlien et qu’il doit mettre en balance l’importance du lien avec les intérêts qui peuvent être lésés en le publiant. S’il inclut des images ou du texte d’un autre site dans son propre article, il est responsable de l’ensemble.

Ouverture

Le code révisé tient également compte du principe selon lequel le journaliste travaille avec transparence et ouverture d’esprit. L’article 17 oblige un journaliste à se faire connaître et indiquer l’objet de sa prestation. Le nouveau texte ajoute qu’il informera son interlocuteur de manière à ce que celui-ci puisse prendre une décision suffisamment éclairée quant à sa participation à la publication ou la diffusion.

Les médias anonymes, dans la plupart des cas les sites internet, ne respectent pas le principe fondamental d’ouverture et de transparence. Les utilisateurs des médias doivent pouvoir découvrir qui se cache derrière une publication en ligne. C’est pourquoi les préambules disposent que les médias doivent être accessibles au public et mettre à disposition les données nécessaires à cette fin.

 

Envie de lire plus ?